Publié par Laisser un commentaire

Les runes

Pierre runique

Les runes sont des signes qui étaient utilisés par les peuples germaniques du nord de l’Europe. Comme les Anglo-saxons, les Scandinaves, les Frisons, les Islandais, …

Mais il existe aussi des runes Hongroises et Turques.

L’alphabet runique

Ou Futhark, utilisé pour l’écriture. Ce nom correspond aux six premières lettres de son alphabet, qui en possédait 24 initialement. Suite à des modifications dans les pays Scandinaves, vers le VIIIème siècle, il est resté 16 caractères.
Cet alphabet a évolué au fil du temps et en fonction des peuples qui l’utilisaient. Seul l’ordre n’a que peu évolué. Mais pourquoi cet ordre ? Nous en ignorons la raison encore aujourd’hui.

L’alphabet runique n’a pas encore livré tous ses secrets. Certains prétendent qu’il est issu d’un mélange entre les alphabets grec et latin, ou bien d’alphabets alpins-italiques, surtout les alphabets rhétiques (le rhétique est une langue morte parlée dans les Alpes orientales) et camuniques (alphabet étrusque).

Ces symboles germaniques ont été utilisés par les nazis, sur les drapeaux néonazis, à la place de la svastika.

Que signifie ce mot « rune » ?

Dans l’ancienne langue nordique run signifiait « écriture secrète ». Dans les autres langues, cela avait toujours la signification de secret, de mystère, de sagesse. Comme en vieil irlandais, comrùn, « secret commun ».

Où trouvons-nous ces runes ?

Ces inscriptions se trouvent de nos jours, principalement gravées sur la pierre. Mais des runes gravées dans le bois, sur l’écorce, l’os, le cuir, le métal ont traversé les âges. Voir même sur du parchemin, comme le Codex Runicus.

Nous trouvons la plupart des pierres gravées d’inscriptions runiques et dressées en Scandinavie entre 950 et 1100 environ. L’une des plus anciennes étant « La pierre de Snoldelev » au Danemark.
Il y a aussi la cloche de l’église de Saleby en Suèdeq, qui date de 1228, sur laquelle sont gravées des inscriptions runiques.
Il en existe ailleurs que dans les pays scandinaves. Les Vikings en ont apporté la tradition pendant leurs voyages, de l’île de Man à la mer Noire.
Des pierres ont été trouvées en Angleterre, Irlande, Écosse, aux îles Féroé.

Les runes et la mythologie ?

L’Edda poétique est un ensemble de poèmes en vieux norrois, rassemblés dans un manuscrit islandais du XIIIème siècle (Codex Regius). Une des bases de connaissances les plus importantes sur la mythologie scandinave.
Donc, dans l’Edda poétique, afin d’acquérir la sagesse pour l’exercice du pouvoir dans les neuf mondes, Odin est suspendu à l’Arbre Monde, Yggdrasil. A la suite de ces neuf jours et nuits, il acquiert la connaissance des choses cachées, dont les runes font partie.

Selon Tacite, les Germains auraient utilisé les runes dans les arts divinatoires. La majorité des runologues rejette cette utilisation.

Enfin, les runes dans la littérature ?

Nous retrouvons les runes dans les œuvres de J.R.R. Tolkien, de Jules Verne, de J.K.Rowling.

J.R.R Tolkien les évoque dans Bilbo le Hobbit, c’est la carte d’aventures. Ainsi que dans Le Seigneur des anneaux, sur la tombe de Balin dans la Moria.

Dans, Le voyage au centre de la terre, de Jules Verne, un vieux parchemin est découvert dans le vieux manuscrit runique l’Heims-Kringla de Snorre Turleson, en langue islandaise. Sur ce parchemin, le message secret d’Arne Saknussemm est écrit en caractères runiques. Voici un extrait du Voyage au centre de la terre : « Les runes, reprit-il, étaient des caractères d’écriture usités autrefois en Islande, et, suivant la tradition, ils furent inventés par Odin lui-même ! Mais regarde donc, admire donc, impie, ces types qui sont sortis de l’imagination d’un dieu ! ».

J.K. Rowling, dans Harry Potter évoque aussi les runes. En effet, Hermione les étudie à Poudlard. Elle sera capable ensuite de déchiffrer le « Conte des Trois Frères ».

 

Sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rune

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *